Auteur/autrice : GIROUD-FAWER Corinne

LITTLE JOHNNY 1994-2021

Bonjour à vous tous,

Ce texte aurait dû paraître le lundi 30 août 2021. Mais impossible. La douleur est telle qu’il me faudra des semaines pour me remettre de ce passage obligé. Je n’ai jamais pensé que la séparation serait aussi dure mais je dois me rendre à l’évidence. Notre relation était si forte et durait depuis 1998. Johnny a été le 2ème pilier fondateur du Goldy’s Farm après bien entendu GOLDY. Grâce à lui j’ai pu développer plein d’activités et permettre à une multitude d’élèves d’accéder à l’équitation relationnelle et montée. Ce noble cheval car c’est un noble voir même un ROI a été le maître absolu, attentif, patient, gentil, parfois correcteur mais sans brutalité. Il a été le guide de la plupart de mes élèves et en plus de 20 ans je vous garantis, il y en a eu. Je n’ai que rarement croisé un tel cheval dans ma carrière professionnelle.

Aujourd’hui lundi 30 août 2021 mon coeur saigne. Celui de Pompon le protecteur aussi, celui de Saphir le bon pote aussi, celui d’Alizée son amoureuse aussi, celui de Happy, de Newton, de Velours et de Colorado aussi. Nous sommes tous dans la souffrance, la souffrance de la séparation physique. Même si je sais que tu es allé rejoindre tous mes anciens compagnons de route comme le sublime Goldy qui fut ton ami durant quelques années, ton pote Lorenz que tu avais connu durant ta jeunesse à Viège et qui comme par hasard a atterri au Goldy’s, et l’élégant Blacky. Tu les as rejoint dans notre future ultime demeure où nous nous retrouverons tous un jour, je l’espère. Je suis venue en Ardèche pour vous offrir une belle retraite et de préférence longue. 4 années où tu as joui de nos prairies après une adaptation pas toujours facile. On croit vous faire plaisir et on constate que c’est pas vraiment toujours le cas. Tous les changements engendrent des conséquences plus ou moins violentes. Changement d’herbe, de climat, d’insectes, le vent, les orages, le soleil, changements de photosynthèse engendrant crevasses, brûlures, problèmes de sabots, le confort d’un boxe qui vous mettaient à l’abri de tous ces changements, mon stress face à tout cela en espérant que vous n’en souffriez pas trop. Belle aventure mais avec des conséquences dont personne ne fait état. Simplement parce que l’on croit que vous offrir une telle vie est un cadeau magnifique. De cela je ne suis pas vraiment sûre. Ce dont par contre je suis sûre c’est que la conscience humaine s’en arrange extrêmement bien. Pour ma part, heureusement que mes doudous sont répartis autour de la ferme car je ne pourrai supporter un pacage éloigné et sans surveillance continuelle. D’ailleurs Johnny me l’a fait comprendre à plusieurs reprises avant de nous quitter. Je n’aurais d’ailleurs jamais pu le laisser seul. Lui, autant que moi, avons eu besoin d’être ensemble dans ces difficiles instants. Finir cette route ensemble jusqu’au bout. Te tenir dans mes mains jusqu’à ton dernier souffle. Ton grand départ. Epouvantable de te voir partir toi si noble et si royal toute ta vie durant. Et le pire de te voir partir avec un corps empli de souffrances. Toute ta vie tu as été un roc, jamais malade, quasiment pas de boiterie, et là tu pars avec un wagon de douleurs. Ok tu es comme moi, notre mécanique vieillit mais pas notre mental. Alors on se prend pour des cabris, on se fracasse et on doit se rétablir. Mais là tu t’es loupé et ta mécanique n’a pas supporté le choc. Les dégâts internes ont progressivement attaqué ton corps et les conséquences ont mis des semaines pour donner l’alarme. Et là cela a été fatal et trop tard. Plus moyen de faire quelque chose. Juste t’accompagner et t’aider à partir vers un univers où tu as peut-être retrouver toute ta jeunesse et ta splendeur. Adieu mon beau Johnny. Je t’ai aimé, je t’aime et je t’aimerai jusqu’à nos retrouvailles. Merci pour tout ce que tu as accompli pour moi, merci pour ta générosité, ta grandeur d’âme, ta douceur, ta tendresse et toutes ces qualités que je ne saurais encore citer. Tu as été un ANGE et un MAITRE, tu nous as guidé vers une équitation équilibrée et un travail relationnel respectant tes besoins, ta mécanique, tes sentiments, tes réactions. Tu nous as ouvert la voie de la communication afin de nous entendre et comprendre au mieux. A tel point que souvent plus qu’un regard, une pensée étaient suffisants. Ton départ m’a mis au pied du mur. J’ai commencé à prendre conscience qu’il y a un avant, un pendant et un après. Et là je rentre dans l’après. Les années d’enseignement sont derrière moi, je rejoins mes chevaux en tant qu’amateur. Je ne pense plus qu’à eux et à moi. Mon amour de mes chevaux et la découverte de cette communication si facile si l’on laisse son cœur prendre la direction du navire m’a amenée à changer radicalement ma voie professionnelle. Mon corps lui aussi exigeait cette redirection. Enseigner ne me correspond plus. Par contre continuer à apprendre au sein de mes chevaux me passionnent chaque jour un peu plus et je me rends compte que pour beaucoup de nos croyances, nous sommes souvent à côté de la réalité. Cette réalité que je connais et que je pratique depuis toujours et qui m’a souvent coûté très cher. J’ai toujours été une « extraterrestre ». Tout ce que j’ai dit et ressenti c’est confirmé avec les années et je partirai dans cette voie .. céleste. Merci Johnny.

Johnny avec les enfants en stage voltige, en démonstration à Montreux technique sans bride, une journée grande galopade dans la Plaine du Rhône, quelques compétitions pour tester le niveau.

Il y en a eu encore beaucoup mais je les garde bien au chaud dans mon coeur.

My Live / My Story

Écrire ✍  j’aime.. j’adore… Écrire sur les réseaux sociaux… je déteste… pourquoi?? Très simple… Si j’écris,  il s’agit  de  moi,  de mes remises en question,  de mon entendement face à certaines situations.  Sur les réseaux sociaux,  tout le  monde  c’est mieux  que tout le monde.  Malheureusement là,  il n’y a rien de constructif.  Si l’on veut évoluer, il faut  réfléchir,  se remettre en question,  accepter les épreuves de  la  vie  comme  des  obstacles qui nous  forcent à chercher les moyens de  les résoudre,  les contourner,  les aplanir.  Lorsque je randonne soit à pied ou à cheval,  je ne fais jamais demi-tour.  J’ai toujours eu la volonté de trouver le chemin respectivement la route devant moi,  jamais  derrière,  ou à droite,  ou à  gauche.  Mais  jamais  non plus  foncer sans  étudier le  terrain.  

J’ai toujours écrit.  Depuis des décennies on me suggère d’ écrire des livres.  Désolée je ne peux  pas… je n’ai jamais pu.. laisser sur papier des raisonnements, des analyses,  des conclusions,  des remises en question qui évoluent continuellement… je ne peux pas.. cela serait me mentir à moi-même.  Lorsque j’écris,  je  dois pouvoir continuellement moduler mes écrits par rapport à mon chemin de vie.  Stagner ne sert à  rien.  Raconter comment on pédale dans la semoule sans happy end… nada.. si j écris cela vient de mon cœur,  de mes tripes,  de mes rencontres,  alors cela doit nous permettre d’avancer … d’avancer où.. eh bien là  j’en sais rien mais qui dit que  dans quelque temps on ne saura pas enfin où l’on va. Ce que  je  sais par contre c’est  que  nous devons nous  sentir  mieux  aujourd’hui que  hier.  Construire brique par brique notre  façon  d’être,  notre façon  d’agir,  notre façon de penser,  notre façon d’aimer. Si l’on veut être bien,  il faut d’abord s’occuper de soi. Rien  ne  sert de  s’occuper des autres. S’occuper de soi, c’est pouvoir mieux s’occuper des autres par la suite. Nos expériences doivent nous servie de fil rouge. Notre énergie doit être  positive,  constructive et c’est ainsi que nous  sommes  prêts à  agir, partager,  aimer.  Planter de magnifiques  légumes dans  un jardin de pierres ne nous amènera qu’à de très petites récoltes voir que des déboires. Je souhaite partager avec mes lecteurs mon avancée dans la vie, je dis bien partager. Après vous en ferez ce que vous voudrez. Je ne souhaite nullement entamé des dialogues qui tournent en rond, je trouve que l’on tourne bien assez en rond comme ça. Mes écrits aideront peut-être quelqu’un ou personne. Pas grave moi je me fais du bien avec ce site.

Bien amicalement Corinne

Les chevaux de ma vie

Trop belle la vie

L’aventure « Ardèche » commence. Juin 2018 les doudous arrivent sur le domaine. Je les ai parqué individuellement afin qu’ils s’habituent progressivement à être ensemble. De plus les parcs ne sont pas encore clôturés et point super sympa l’herbe est plus qu’abondante. Donc je dois veiller à la consommation afin d’éviter toutes fourbures et ne pas gaspiller car le premier hiver est une grande inconnue pour nous.